Lloyds, l’assureur anglais, a annoncé un doublement de son bénéfice net à 2.15 milliards d’euros au premier trimestre et la suppression de 3000 emplois.

Les agences bancaires sont déjà presque quatre fois moins nombreuses au Royaume-Uni qu’en France, pour une population comparable.

Les Echos 29 juillet 2016

Les quatre première banques américaines ont continué à grossir depuis 2001. Elles ont absorbé des concurrents pus petits ou fusionné entre elles.

« If they are too big to fail, make them smaller. » – Georg Shultz, former Nixon Treasury Secretary (WSJ, 14.08.2008)

Finance Watch 29 avril 2016

Les profits juteux des banques françaises dans les paradis fiscaux

 BNP Paribas, la Société générale, BPCE (Banque populaire-Caisse d’épargne), le Crédit agricole et le Crédit mutuel-CIC ont réalisé 5 milliards d’euros de bénéfices dans des pays à basse fiscalité en 2014.

Ce montant est important : il représente le tiers des profits réalisés par ces banques hors de France (15,3 milliards d’euros au total). Le Luxembourg, dont la place financière a prospéré grâce à son régime fiscal ultra-avantageux pour les multinationales, accueille à lui seul 11 % de ces bénéfices.

Comité catholique contre la faim et pour le développement-Terre solidaire – CCFD, Oxfam France et le Secours catholique-Caritas France, Le Monde 16 mars 2016

Les « ratings » des banques entachés de conflits d’intérêt

La note d’une banque octroyée par les agences est d’autant plus élevée que l’institution est de taille importante et qu’elle leur confie par ailleurs l’évaluation de ses produits financiers.

Une agence assigne une note d’autant plus forte à un émetteur bancaire si celui-ci lui a confié la notation – payante -de ses nombreux titres structurés (titres adossés à des actifs). En d’autres termes, plus une banque fait gagner de l’argent à une agence par le biais de la notation de ses produits financiers, plus elle se voit récompensée par un rating élevé. Un rating élevé synonyme de coût de financement moins élevé…

Les Echos 15 octobre 2012, Etude de la Banque centrale européenne et du Swiss Finance Institute, portant sur une  période  de 1990 à 2011

La note d’une banque octroyée par les agences est d’autant plus élevée que l’institution est de taille importante et qu’elle leur confie par ailleurs l’évaluation de ses produits financiers.

La banque suisse Julius Baer a accueilli dans son agence des îles Caïmans les fonds d’Arturo Acosta Chapparo, un officier de la police mexicaine responsable de la disparition de 140 personnes et poursuivi pour meurtre, trafic de drogue et blanchiment.


Bank_Julius_Baer_millions_of_USD_in_trust_for_Mexican_mass_murderer_and_drug_trafficker_Arturo_Acosta_Chapparo, Wikileaks 1998

La banque néerlandaise Fortis a menti aux autorités

Un tribunal néerlandais a reconnu les dirigeants de la banque Fortis coupables de tromperies à l’égard de ses actionnaires.

Selon les juges, une kyrielle d’éléments tend à montrer le caractère systématique des mensonges et des supercheries dans les informations fournies aux marchés et aux investisseurs entre 2007 et 2008.

La banque Fortis avait été renfloué par les autorités en 2008.

Les Echos 10 avril 2012