La magazine 60 millions de consommateurs publie un hors-série qui liste les produits à éviter parce que toxiques. Irritants pour la peau, pour les yeux, pour le système respiratoire, allergisants, toxiques pour le rein, cancérogène pour l’homme. Des dizaines de produits ménagers figurent sur la liste noire.

Ajax, Canard, Carolin, Cif, Cillit Bang, Destop, Febreze, Harpic, La Croix, Mir, Pliz, Saint-Marc, Sanytol… Ce n’est qu’un échantillon. Une marque française comme Starwax n’est pas épargnée. Pas plus d’ailleurs qu’une marque qui se présente comme écologique, comme Rainett.
Alors, quelle solution ? Eh bien, les produits de nos arrières grand-mères : le magazine propose 400 recettes oubliées remises au goût du jour : des mélanges de gros sel et de vinaigre blanc, ou de dentifrice et de bicarbonate. Avec pour couronner le tout, de belles économies en perspective.

Liste noire : le « mémo des toxiques » de 60 millions de consommateurs

• Acide hydro-chlorique (acide chlorhydrique) : irritant pour la peau et le système respiratoire, corrosif.
• Acide oxalique : irritant pour les yeux et la peau, corrosif, dégagement de gaz toxiques en cas de mélange.
• Acide sulfamique : irritant, corrosif, toxique pour les organismes aquatiques.
• Alkyl ethoxylates et dérivés : irritant, toxique pour les organismes aquatiques.
• Benzisothiazo-linone : irritant, allergisant, toxique pour les organismes aquatiques.
• Butoxyéthanol (EGBE) : irritant, cancérogène possible pour l’homme.
• Chlorure de benzalkonium : favorise l’apparition de micro-organismes résistants.
• Didécylméthyl-ammonium chloride : irritant, corrosif, favorise l’apparition de micro-organismes résistants.
• EDTA : faible biodégradabilité, risque de persistance dans l’environnement.
• Ethanolamine : irritant pour la peau et les voies respiratoires, corrosif.
• Ethoxydiglycol  (DEGEE) : irritant pour la peau et les voies respiratoires, corrosif.
• Hydrogen peroxyde ou peroxyde d’hydrogène : irritant, corrosif, dangereux en cas de mélange (acides, ammoniaque), comburant (qui permet la combustion).
• Hydroxyisohexyl 3 cyclohexene carboxaldehyde (lyral) : très allergisant.
• Hypochlorite de soude : irritant pour la peau et le système respiratoire, corrosif, dégagement possible de gaz toxiques en cas de mélange, toxique en cas de rejet dans les eaux usées.
• Iodopropynylbutyl carbamate : allergisant, irritant, corrosif, très toxique pour les organismes aquatiques.
• Metaperiodate de sodium : irritant, corrosif, toxique pour les organismes aquatiques.
• Méthylchloroisothiazolinone : très allergisant, très toxique pour les organismes aquatiques, avec effets à long terme.
• Méthylisothiazolinone : très allergisant, très toxique pour les organismes aquatiques.
• Phénoxyétahnol : allergisant, irritant, effets reprotoxiques à forte dose chez l’animal.
• Sodium hydroxyde ou hydroxyde de sodium : irritant, corrosif, menace potentielle pour la faune et la flore.

France Info, 11 avril 2016

En septembre 2008, une nouvelle directive européenne harmonise les limites d’épandages des 349 pesticides autorisés en Europe.

Cette réglementation va augmenter considérablement les quantités autorisées pour 200 pesticides dans de nombreux pays.

Par exemple, en Autriche, 65% des limites vont être relevées et dans certains cas de 1000%.

En France, la quantité maximum de fénoxycarbe, un insecticide « cancérigène humain probable », épandu sur les agrumes, passera de 0,05 mg/kg à 2 mg/kg, soit 40 fois plus.

Plusieurs associations ont porté plainte contre la Commission européenne car celle-ci aurait retenu pour limites les valeurs les plus élevées parmi les pays de l’UE. Elle n’aurait pas tenu compte de ses propres études et elle n’aurait pas « évalué correctement les effets cumulatifs des pesticides sur la santé humaine ».

Pesticides Action Network Europe, Global 2000 ; Futura-Sciences 31 août 200

Du Chrome VI, cancérigène, dans les chaussures en cuir

Du Chrome VI est trouvé dans un tiers des chaussures analysées. Le Chrome VI est cancérigène sans effet de seuil, dès les premières molécules ayant pénétré notre corps.

Le chrome VI est utilisé pour le tannage du cuir, pour l’assouplir et assurer sa durabilité. Il peut être remplacé par des tanins végétaux, un surcoût inférieur à 1 euro pour une paire de chaussure.

Le documentaire montre la responsabilité des chaînes de vente de chaussures, des fabricants, souvent asiatiques, mais aussi des autorités, françaises et européennes.

Le réalisateur recommande de choisir des chaussures fabriqués avec des peaux européens ou tannés avec des tanins végétaux.

Documentaire Quand le cuir en veut à notre peau, France 5, 6 octobre 2013

 

Effet inflammatoire des nanoparticules de titane

Les nanoparticules de titane produisent dans les poumons des effets inflammatoires similaires à ceux de l’amiante. Elles pourraient provoquer des cancers.

« Nos données suggèrent que le nano-TiO2 devrait être utilisé avec une plus grande prudence qu’il ne l’est actuellement », écrivent les chercheurs. « De meilleures précautions doivent être prises » pour limiter son ingestion, dans l’industrie comme dans la vie quotidienne.  « Nous disposons maintenant de données scientifiques de bonne qualité » et  c’est désormais « une question politique ».

Des incitations similaires à la prudence avaient été exprimées après les premières preuves d’association entre inhalation d’amiante et inflammation pulmonaire. Or « il a fallu presque 100 ans et d’innombrables décès jusqu’à ce que l’amiante soit banni », concluent les scientifiques, qui espèrent que des « décisions seront prises pour prévenir de possibles maladies et peut-être décès ».

Chaque année, plus de deux millions de tonnes de dioxyde de titane nanométrique (nano-TiO2) sont produites dans le monde.

Pr. Schopp, Département de biochimie de l’Université de Lausanne (UNIL), Centre national français de la recherche scientifique (CNRS), Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. Band 107, Nummer 45, November 2010, S. 19449–19454, ISSN 1091-6490

Les nanoparticules de titane

Distribution des tailles d'oxyde de titane pour l'alimentation
Taille des particules de titane dans les produits alimentaires

Le dioxyde de titane sous forme nanoparticulaire est classé cancérigène possible pour l’homme (2B), par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) depuis 2007, considéré comme un perturbateur des fonctions cérébrales par une étude du CEA d’octobre 2011 (portant sur la présence de nanoparticules dans les crèmes solaires que l’Afssaps recommande de ne pas utiliser)… L’Europe est consciente des risques et une directive (78/176/CEE) du Conseil de l’Europe considère que les déchets provenant de l’industrie du dioxyde de titane présentent des risques préjudiciables pour la santé de l’homme ainsi que pour l’environnement

Environmental Science & Technology 2012, 46 (4), pp 2242–2250 DOI: 10.1021/es204168d « Titanium Dioxide Nanoparticles in Food and Personal Care Products »

Des produits toxiques dans les couches pour bébés

Les couches jetables pour bébé peuvent contenir :

_ du polyacrylate de sodium, qui rend la couche absorbante. Il est soupçonné de provoquer des aller­gies graves, dont le choc toxique. Ce produit est interdit pour les tampons féminins aux Etats-unis depuis 1985.

_ du benzol, cancérigène. Il a été trouvé dans le gel des couches absorbantes.

_ du TBT (tributyl étain) et d’autres composés organo-étain, haute­ment toxiques, perturbateurs du système immunitaire et du système hormonal.

öko-test 1988, Greenpeace 2000; Ekopedia avril 2008

Echantillons gratuits dans les maternités

Les produits cosmétiques distribués comme cadeaux dans les maternités, notamment les produits des grandes marques Nivea, Mixa, Mustela, Pampers, peuvent contenir des subs­tances dangereuses pour la santé des bébés :

_ parabens, aux effets oestrogéniques ou toxiques sur la repro­duction, responsable possible de cancers du sein, dont une étude in vitro a montré qu’ils favori­saient la prolifération de cellules cancéreuses.

_ phtalates, reprotoxiques (ou tératogènes), ont été associés à des naissances prématurées, des malformations à la naissance, une réduction de la fertilité, une hyper­trophie des testicules, un défaut d’apprentissage, une toxicité du foie et du coeur.

_ phenoxyethanol, un éther de glycol dangereux pour le système nerveux et le sang.

Le nombre de cancers chez les enfants augmente de 1,2% par an. La fréquence de la stérilité chez les garçons progresse très rapidement.

UFC Que Choisir 4 novembre 2008; Ecology Center 25 janvier 2006; Comité pour le développement durable en santé 15 septembre 2008, Journal du dimanche 18 septembre 2008; Novethic 19 septembre 2008

Faire cesser la distribution de ces échantillons dans les hôpitaux. « Appel à l’ensemble des médecins, infirmières, sages-femmes et puéricul­trices afin qu’ils s’informent sur ces substances toxiques, qu’ils apprennent aux parents à bien lire les éti­quettes et les encouragent à se tourner vers des solutions alternatives ».

Comité pour le développement durable en santé 15 septembre 2008

Appel de Paris du 7 mai 2004

Art 1. Le développement de nombreuses maladies actuelles est consécutif à la dégradation de l’environnement.

Art 2. La pollution chimique constitue une menace grave pour l’enfant et pour la survie de l’Homme.

Art 3. Notre santé, celle de nos enfants et celle des géné­rations futures étant en péril, c’est l’espèce humaine qui est elle-même en danger.

Nous appelons les décideurs politiques nationaux, les instances européennes, les organismes internationaux, en particulier l’Organisation des Nations Unies (ONU), à prendre toutes les mesures nécessaires en conséquence, et en particu­lier :

Mesure 1 : interdire l’utilisation des produits dont le caractère cancérogène, mutagène ou reprotoxique (CMR) est certain ou probable chez l’Homme tel qu’il est défini par les instances ou organismes scientifiques internationaux compétents, et leur appliquer le principe de substitution ; exception­nellement, lorsque la mise en oeuvre de ce principe est impossible et que l’utilisation d’un produit concerné est jugé indispensable, restreindre son utilisation au strict minimum par des mesures de contin­gentement ciblé extrêmement rigoureuses.

Mesure 2 : appliquer le prin­cipe de précaution vis-à-vis de tous produits chimiques pour lesquels, en raison de leur caractère toxique autre que celui défini dans la mesure 1, ou de leur caractère persistant, bioaccumulable et toxique (PBT), ou très persistant et très bioaccumulable (vPvB), tels que définis internationalement, il existe un danger présumé grave et/ou irréversible pour la santé animale et/ou humaine, et de façon générale pour l’en­vironnement, sans attendre la preuve formelle d’un lien épi­démiologique, afin de prévenir et d’éviter des dommages sani­taires ou écologiques graves et/ ou irréversibles.

Mesure 3 : promouvoir l’adop­tion de normes toxicologiques ou de valeurs seuils interna­tionales pour la protection des personnes, basées sur une éva­luation des risques encourus par les individus les plus vulné­rables, c’est-à-dire les enfants, voire l’embryon.

Mesure 4 : en application du principe de précaution, adopter des plans à échéance programmée et objectifs de résultat chiffrés, afin d’obtenir la suppression ou la réduc­tion strictement réglementée de l’émission de substances polluantes toxiques et de l’uti­lisation de produits chimiques mis sur le marché, tels que les pesticides sur le modèle de réduction d’utilisation de la Suède, du Danemark, ou de la Norvège.

Mesure 5 : en raison des menaces graves qui pèsent sur l’humanité, inciter les Etats à obliger toute personne publi­que ou privée à assumer la responsabilité des effets de ses actes ou de ses carences à agir, et lorsque cette responsabilité n’est pas du ressort d’un Etat, faire relever celle-ci d’une juri­diction internationale.

Appel signé par 200 000 per­sonnes, dont Albert Jacquard, Boutros Boutros-Ghali, Paul Lannoye, Nicolas Hulot, Lucien Israël, Dominique Belpomme, Samuel Epstein, Corinne Lepage, Luc Montagnier et 1000 ONG.